Votre Allié Liège Naturel



























Défauts du bouchon

TCA-TCP & Goûts     Défauts physiques     Réclamations et origines associées

Réclamations sur bouteilles et origines associées


IMPUTABLES AU LIEGE NON IMPUTABLES AU LIEGE
IRREGULARITE D’ENFONCEMENT

- Structure irrégulière du liège
- Non conformité du traitement de surface

- Profils de cols à conicité inversée
- Diamètre de compression insuffisamment serré
- Surpression interne importante
- Vitesse d’enfoncement insuffisante

RETROUSSIS ou PARTICULES en croissants
 

- Diamètre de compression insuffisamment serré
- Mauvais alignement tête de bouchage – bouteille

POUSSIERES

- Non conformité du traitement de surface (gommage)
- Liège terreux
- Mauvais dépoussiérage en fabrication

- Diamètre de compression trop serré
- Bol de boucheuse trop «  raclant »

BOUCHONS QUI REMONTENT
- Mauvais traitement de surface

Diamètre de compression insuffisamment serré
- Défaut de verrerie
- Cols humides

COULEUSES

- Structure du liège (veines creuses, liège soufflé …)
- Défauts de triage (trous d’insectes, fentes, défaut tubage, boisés, mies)
- Défaut de collage ou d’extrusion (agglomérés)
- Mauvais traitement de surface des bouchons

- Diamètre de compression trop serré
- Enfoncement de biais
- Emploi de bouchons froids ou chauds
- Vers de cave
- Défauts de verrerie (non verticalité, diamètre excessif du col, étranglement qui s’oppose à la pénétration et/ou au positionnement correct du bouchon)
- Pincements : Traces de mors de la boucheuse
- Lavage des bouteilles et/ou cols humides
- Chambre de dégarni non respectée (surpressions)
- Températures d’embouteillage et hauteur du vin non corrélées (courbes de niveau)
- Enfoncement trop important du liège
- Longueur du bouchon et type de bouteille non adaptés (Bouteilles à 55 mm : bouchons de 38 et 44 mm . l’utilisation de 49, bien que très répandue est risquée car la chambre de dilatation est très petite, et « n’absorbera » pas les variations de volume et de pression. Bouteilles à 63 mm : toutes les longueurs sont autorisées. Incontournables pour les vins thermolysés, à boucher avec des 38)
- Cadence de bouchage non respectée (Monotêtes : 800 à 3000 bouteilles / heure - Multitêtes : 800 à 1500 bouteilles / heure - Si cadence trop rapide, altération des propriétés mécaniques du liège)
- Temps de station debout de minimum 3 minutes (retour élastique du liège optimal et  évacuation de la pression interne éventuelle)
- Conditions de stockage ou de transport

GOUTS

• LE GOUT DE BOUCHON OU PUANT
goût puissant rance et butyrique rendant le vin inconsommable.

• LES ODEURS ET LES GOUTS LIES AU 2,4.6, TCA. TCP
qui proviennent du bouchon.

• LES GOUTS DE MOISI
odeur “liège moisi” provenant à l’origine du bouchon, et sous réserves des exclusions relatives aux conditions de stockage, de conditionnement, et de bouchage.

• LES ALTERATIONS DUES AU RAISIN
- par des parasites animaux ou microbiens
- par la grêle (goûts foxés, phéniques, arômes pourris)
- par polluants du raisin (goûts de pétrole, de goudron, de fumées)
- par le travail de récolte ou de pressurage (goûts herbacés ou de rafle)

• LES ALTERATIONS FERMENTAIRES
- par du raisin pourri (goûts phéniqués, iodés, phénoliques)
- par des fermentations indésirables (odeurs acétiques, de diacétyle, de choucroute)

• LES ALTERATIONS DURANT LE STOCKAGE DES VINS
- par la réduction, le S02, les lies (odeur d’H2S, de mercaptans, d’oeufs pourris)
- par l’oxydation (vin oxydé, éventé, mâché, madeacute;risé, odeur de pomme)

• LES ALTERATIONS PAR LES TRAITEMENTS CHIMIQUES OU PHYSIQUES
- par le sorbate (odeur géranium)
- par les Colles altérées (odeur de Colle putréfiée)
- par le traitement au ferrocyanure (odeur amende amère, goût de réduit)
- par les matériaux filtrants (goûts de plaque, de papier, de terre)
- par les traitements thermiques (goût de cuit, de brûlé)

• LES ALTERATIONS PAR LA VAISSELLE VINAIRE ET LES CONTENANTS
- par un défaut d’hygiène (goût de moisi, de poussière, de tartre)
- par les foudres, barriques et fûts en bois (goût de bois de brûlé)
- par les tuyaux, les cuves et revêtements (goût de caoutchouc, de plastique, de styrène, d’amende amère)

• LES POLLUTIONS DU VIN ET DES BOUCHONS
- par les produits de nettoyage des chais (goût de chlore)
- par les atmosphères de caves polluées (goût de peacute;trole, d’engrais, de légumes pourris)

• LES ALTERATIONS LIEES AU CONDITIONNEMENT
- par l’excès de C02
- par l’effet de la lumière et des néons (goût de lumière, goût de bock, mercaptans)